Mardi , 24 novembre 2020
Dernières nouvelles
Accueil > Economique & Financier > Scandale REY – BAVENCOFF: la pétition des victimes du quartier inondé à cause du maire

Scandale REY – BAVENCOFF: la pétition des victimes du quartier inondé à cause du maire

Exclusif ! La confirmation ultime que Jacky REY, le maire d’Aigues-Vives (Gard), est un danger public !

Voici la pétition des habitants inondés à répétition qui prouvent que le maire et ses complices ont bel et bien causés une inondation dans un quartier d’Aigues-Vives à cause de leur pont et du colmatage bétonné du fossé de l’eau noire.

La DCAV a réussi à se procurer une copie d’un échange de courrier que le maire, Jacky REY a caché à la population. Un mensonge et une tromperie de plus dans le scandale REY-BAVENCOFF (voir tous les articles en rapport avec cette affaire).

Jusqu’à ce jour, les rapports cachés concernant le scandale du colmatage illégal du cours d’eau effectués par le maire, M. Jacky REY, pour son profit personnel et ceux de ses complices (les consorts GRINO, puis les entreprises de sa colistière, Martine BAVENCOFF) n’avaient fait qu’évoquer un risque potentiel d’inondation des habitants.

Mais c’est probablement parce-que le maire, coupable d’avoir créé le problème, avait caché ce courrier aux autorités qui ont rédigé ces rapports.

Le  8 janvier 2019, par courrier au maire, les propriétaires des DOUZE foyers du quartier du domaine de la Treille, situé en contrebas du ruisseau bouché illégalement par le maire pour enrichir ses ami(e)s, se plaignent des QUATRE inondations qu’ils ont subis. La dernière en date étant survenue le 23 novembre 2018 lors de pluies pourtant « ordinaires ». Ils s’inquiètent des conséquences « plus graves »« en cas d’intempéries plus violentes » et demandent au maire d’agir.

Parmi les causes de ces inondations, toutes liées à des constructions ordonnées par le maire, on découvre qu’ils citent en particulier « … la construction du petit pont busé sur le fossé… » « … qui stocke les débris végétaux et engendre une vague, menant l’eau sur la route puis dans notre direction. »  Or, ce pont est bien celui qui est au cœur du scandale REY-BAVENCOFF.

La réponse du maire d’Aigues-Vives, 1 mois et demi plus tard (!), le 27 février 2019 est surréaliste et … mensongère.

En effet, au lieu de faire détruire le pont et son colmatage illégal qui provoquent cette aggravation des inondations, Jacky REY répond aux inondés que la solutions viendra … -soi-disant- de la « ZAC de la Volte » ce qui est faux. Evidemment, le maire-menteur ne dit pas à ses victimes que c’est lui qui est derrière ces constructions qui causent les inondations (voir la lettre du maire écrite, sans autorisation du Conseil Municipal).

Jacky REY ne leur dit pas non plus que depuis janvier 2016 il a été mis en demeure par la Préfecture, avec les propriétaires de la parcelle, de détruire ce pont et son colmatage illégal…

Ainsi, au lieu de protéger la population le maire ment. Il pousse même le vice à proposer de résoudre un problème (qu’il a créé dans son intérêt personnel) en en créant un autre, encore plus destructeur, toujours au profit d’amis promoteurs, voire du sien peut-être ? (voir notre dossier sur la très suspecte attribution du marché de la ZAC de la Volte).

Il faudrait attendre Août 2020 (!) et une nouvelle action de notre association de défense des contribuables pour que -enfin- Jacky REY et ses complices détruisent leurs colmatages respectifs. Non sans avoir traîné le temps qu’il fallait pour faire construire leurs trois maisons en empruntant les constructions qui causaient ces inondations.

La DCAV demande à la Préfecture de déposer plainte

Puisque aucun élu, qu’il soit d’opposition ou de la majorité-croupion soumise à Jacky REY, n’agit pour protéger la population d’Aigues-Vives, la DCAV a saisi la Préfecture au titre de l’article 40 du code de procédure pénale, afin qu’une plainte contre X soit déposée pour « Non assistance à personne en danger » et « Mise en danger de la vie d’autrui ».

Ceci conformément aux L’article 223-6 alinéa 2 du Code pénal qui incrimine l’omission de porter secours.  Laquelle est punie de 5 ans d’emprisonnement et de 75 000 euros d’amende « la personne qui s’abstient volontairement de porter assistance à une personne en péril.

Et au second alinéa de l’article 121-3 du Code pénal qui stipule « lorsque la loi le prévoit, il y a délit en cas de mise en danger délibérée de la personne d’autrui ». En application de ce texte, l’article 223-1 du Code pénal réprime le délit de risque causé à autrui, défini comme « le fait d’exposer directement autrui à un risque immédiat de mort ou de blessures de nature à entraîner une mutilation ou une infirmité permanente par la violation manifestement délibérée d’une obligation particulière de sécurité ou de prudence imposée par la loi ou le règlement ». La sanction prévue dans ce cas pour les coupables est d’un an d’emprisonnement et de 15 000 euros d’amende.

Nous vous tiendrons au courant des suites données à cette plainte.

Le courrier envoyé le 1er janvier 2019 par les douze foyers inondés dans le quartier du domaine de la Treille à Aigues-Vives (Gard) à cause des constructions illégales du maire.

Petition des habitants inondés à Aigues-Vives (Gard) à cause du maire Jacky REY.

Pétition des habitants inondés à Aigues-Vives (Gard) à cause du maire Jacky REY et de ses constructions illégales sur un cours d’eau en bas du Chemin des Horts

 

La réponse, surréaliste, du maire qui ment et ne leur dit pas qu’il est le responsable, avec ses amis, du problème d’inondation.

Réponse et mensonge du maire, Jacky REY, aux inondés, 1 mois et demi plus tard.

Réponse et mensonge du maire, Jacky REY, aux inondés, 1 mois et demi plus tard.
Le maire ne fera rien jusqu’en août 2020 pour permettre à ses complices promoteurs de s’enrichir. Puis, sous pression des révélations de la DCAV, il fera enfin détruire ces constructions illégales.

 

La preuve que c’est bien le maire, Jacky REY, en personne, qui a donné aux propriétaires de la parcelle l’autorisation de construire ce pont qui aggrave les inondations.
Ceci en échange d’un arrangement privé 
qui servait à Jacky REY à échapper aux juges dans le scandale de parcelle AC111…

Lettre de Jacky REY autorisant illégalement les propriétaires de la parcelle AC112 (aujourd'hui AC1125 vendue aux entreprises BAVENCOFF, colistière du maire) à construire un pont en béton qui a aggravé les inondations du quartier. d'Aigues-Vives (Gard)

Lettre de Jacky REY autorisant illégalement les propriétaires de la parcelle AC112 (aujourd’hui AC1125 vendue aux entreprises BAVENCOFF, colistière du maire) à construire un pont en béton qui a aggravé les inondations du quartier. Aucune délibération n’a autorisé le maire à délivrer cette autorisation.

2 commentaires

  1. STOP LES POTS DE VIN. STOP L’ ILLEGALITE

  2. Bonjour Madame,
    Merci de votre intérêt pour nos actions.
    Rejoignez-nous ! Aidez-nous afin de nous permettre de faire de la lumière sur tous ces scandales.
    Amicalement
    DCAV

Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'une étoile *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>