Mercredi , 12 juin 2024
Dernières nouvelles
Accueil > Non classé > Jacky REY, maire d’Aigues-Vives, Magali PRADEILLE, Pascal MAILLARD, Guy BLANC et Jack POTAVIN déboutés !

Jacky REY, maire d’Aigues-Vives, Magali PRADEILLE, Pascal MAILLARD, Guy BLANC et Jack POTAVIN déboutés !

Par un jugement du 28 mai 2024, le tribunal correctionnel de Nîmes a fait droit à l’argumentation soulevée par Maître Maryse PECHEVIS, Avocate au Barreau de Montpellier, représentant les intérêts de Robert SOULIER qui était attaqué par M. Jacky REY, Maire d’Aigues-Vives, trois adjoints et un élu, à savoir: Mme Magali PRADEILLE, Pascal MAILLARD, Guy BLANC et Jack POTAVIN qui se prétendaient diffamés par les révélations sur les causes présumées de la mort d‘Armand RUSSO.

Le maire d’Aigues-Vives, les adjoints et l’élu ont tous été déboutés par le Tribunal correctionnel de Nîmes.

C’est une victoire pour le droit, pour le respect des procédures et pour la liberté d’expression.

Robert SOULIER avait apporté moults arguments pour montrer sa bonne foi et le caractère véridique du contenu de l’article.

Il avait aussi reçu l’appui de plus de 35 témoins, dont certains venus témoigner en personne à l’audience comme M. François LALANNE, ancien sous-préfet du Gard et Préfet honoraire, Madame Pilar Chaleyssin, ancienne maire d’AUBAIS.

Robert SOULIER avait également bénéficié du témoignage d’un ancien membre de l’association anticorruption, « ANTICOR » et ancien journaliste-enquêteur du journal professionnel indépendant aiguesvives.fr, qui en fin connaisseur des agissements de M. REY et de ses élu(e)s avait révélé, notamment, « le scandale de la parcelle AC111″ en 2013.

On se souvient, en effet, qu’entre 2013 et 2016, M. Jacky REY avait tenté (et échoué) à quatre reprises de confisquer et faire taire ce journal, seul média professionnel indépendant d’Aigues-Vives, dont les vérités sur sa gestion, selon le maire sortant « gênait sa réélection » (sic).

En 2016, M. REY, avait été débouté de chacune de ses attaques contre le journal aiguesvives.fr et avait été condamné personnellement à payer 4.000 euros à la société d’édition et à la directrice de publication âgée de 78 ans qu’il avait injustement attaquée. M. REY avait fait payer sa condamnation personnelle et tous ses frais de justice par les contribuables.

L’attaque perdue par M. REY et ses addjoints et elu contre Robert SOULIER, président de l’association de Défense des Contribuables Aigues-Vivois (DCAV) en 2024 porte donc à cinq sur cinq les procès que le maire a perdus, contre des lanceurs d’alerte et média indépendants. C’est un inquiétant record qui, là encore, coûte cher aux contribuables d’Aigues-Vives puisque le maire et ses ami(e)s ont, une fois de plus, financé leur attaque avec l’argent de la Commune.

L’association DCAV vous informera après le 7 juin si ce jugement a fait l’objet d’un appel par avocat du maire et des élus de la majorité déboutés, ou s’il devient définitif.

Quel que soit le choix des élus perdants et de leur avocat, nous sommes sereins pour la suite et notre motivation à protéger les contribuables d’Aigues-Vives reste plus que jamais intacte.

Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'une étoile *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>