Mardi , 24 novembre 2020
Dernières nouvelles
Accueil > Divers > Election Municipales 2020: suite des mensonges et cachotteries de la liste « Avec Vous pour l’avenir » du maire sortant (2)
Election Municipales 2020: suite des mensonges et cachotteries de la liste « Avec Vous pour l’avenir » du maire sortant (2)
Le corrigé de la liste du maire sortant "Avec Vous pour l'Avenir" - Elections municipales 2020

Election Municipales 2020: suite des mensonges et cachotteries de la liste « Avec Vous pour l’avenir » du maire sortant (2)

 Environnement, sécurité, casseroles des colistiers…

Quelles autres tromperies se cachent dans le programme du maire sortant ?

Après le corrigé du bilan financier mensonger de l’équipe sortante de M. Jacky REY, regardons quelles autres mensonges se cachent dans le tract de propagande distribué par le maire sortant.

Corrigé de la rubrique « Pour l’environnement »:

Mensonge 4 :  « Protéger et entretenir les zones naturelles (garrigue et bois) »

FAUX ! Jacky REY et ses colistier(e)s sortants sont en réalité les plus grands bétonneurs de zones naturelles de l’histoire d’Aigues-Vives.

Pour enrichir les promoteurs (souvent des amis du maire) et augmenter au pas de course le nombre d’habitants (un objectif déclaré publiquement par Jacky REY), le maire ses colistiers sortants ont voté sans broncher la réalisation de multiples lotissements qui ont détruit des zones naturelles (Exemple: le Clos du Diamart, Le Clos de Fanny, La Boscavie…).

Avec le projet de ZAC de la Volte, qui (si la justice ne l’arrête pas en raison des soupçons de favoritisme) va bétonner environ 6 hectares de Garrigues, M. REY et ses complices ont voté le pire projet qui soit pour l’environnement et la qualité de vie du village. Et aussi pour les propriétaires de ces terrains que le maire veut faire exproprier à bas prix (30 euros le m2) pour que son ami promoteur puisse s’enrichir encore plus (en revendant les terrains pour 300 euros voire 500 euros le m2).

Sachez aussi que dans ces opérations de bétonnage votée par les élus sortants, plusieurs d’entre eux/elles se sont enrichis personnellement ! Et cela continue.

Par exemple, dans sa nouvelle liste, une colistière du maire est déjà en train de s’enrichir en bétonnant une zone inondable grâce à un accès illégal que le maire à fait construire avec notre argent… (affaire à paraître)

Corrigé de la rubrique « Pour l’aménagement du territoire »:

Mensonge 5 :  « Préserver la vocation agricole des terres »

FAUX ! C’est une farce ? Les terres que M. REY et ses colistiers sortant ont fait bétonner pour construire des lotissements (et s’enrichir pour certains d’entre eux/elles) étaient des terres agricoles. La ZAC de la Volte (projet du maire sortant) qui va bétonner environ 6 hectares de plus, va aussi se faire en grande partie sur des terres agricoles.

Que dire aussi du projet de transformation de la Cave coopérative en appartements. C’est un geste de soutien au monde agricole ?

Allons. Un peu de cohérence dans vos mensonges, M. REY, s.v.p. !

Mensonge 6 : « veiller à la propreté du village »

FAUX ! Depuis qu’il est élu, Jacky REY ne fait rien pour empêcher la divagation des chiens ou sanctionner les propriétaires qui ne ramassent pas les déjections canines, première source de saleté des rues d’Aigues-Vives.

Le maire sortant a commencé à faire mine de s’intéresser à la propreté du village lorsque le journal indépendant du village a publié un article qui montrait la saleté des rues d’Aigues-Vives (Voir Aigues-Vives puanteur).

Depuis, il nous a fait payer un véhicule de nettoyage des rues. Mais il ne passe pas partout et pas suffisamment. Petit détail qui en dit long sur la mascarade : le distributeur de plastique pour ramasser les crottes de chien, placé près de la mairie, est vide la plupart du temps (sauf en période électorale peut-être ?).

Corrigé de la rubrique « Pour la sécurité »:

Mensonge 7 :  « Protéger les équipements publics (vidéo-protection) »

FAUX et MEPRISANT pour les électeurs ! Rappelons, à M. REY et à ses complices, que les électeurs se sont déjà prononcés CONTRE la vidéo-surveillance en 2018 ! C’était lors d’un référendum organisé par le maire et ses colistiers sortants. En revenant sur ce choix clair d’une majorité d’habitants, M. REY et son clan montrent leur mépris pour la démocratie.

C’est aussi une tromperie qui va encore coûter beaucoup d’argent aux contribuables. En effet  M. REY avait annoncé, qu’au cas où la population voterait pour la video-surveillance, il doublerait la taxe foncière pour financer ce projet qui va encore enrichir  une entreprise privée qui aura les faveurs du maire.

Enfin, M. REY et ses colistiers sortants ne sont pas dignes de confiance. D’une part, en perdant les plans du réseau de caméra dans la rue (ce qui permet donc à n’importe de qui de pirater les caméras ou de les mettre hors service)  ils ont déjà prouvés qu’ils étaient incapables de veiller à la sécurité minimum d’un tel projet (voir l’article du journal qui avait révélé l’affaire de la vidéo surveillance en 2018).

De plus, on rappelera que M. Jacky REY cumule les records de condamnations (y compris personnelle et en correctionnelle). Ses colistiers ont aussi couvert toutes ses malversations révélées dans les divers procès (fausses délibérations, faux plans d’urbanismes, usage personnel d’argent public, etc.). Ils ont aussi soutenu, voire participé directement à ses agressions contre des lanceurs d’alerte et des journalistes d’investigation.

Il est donc exclu que le maire et ses colistiers sortants qui ont prouvé leur mépris des lois et leur volonté de nuire à des lanceurs d’alerte honnêtes puissent épier la population 24/24. Ce serait le monde à l’envers.

Si le maire avait voulu protéger les installations publiques, il aurait déjà pu commencer en faisant payer l’assurance de la banque comme le prévoyait le contrat du DAB avec le Caisse d’Epargne au lieu de faire une fausse délibération destinée à payer les contribuables pour un nouveau DAB avec le Crédit Agricole (voir la video).

Cachotterie n° 1 :  Où est la protection contre le risque chimique de la population ??

Oubli suspect ?

Le maire sortant, ne parle pas des risques de  l’usine de produits chimiques « Syngenta » classée  SEVESO 2 qui est à l’entrée du village !

Rappelons que les usines (AZF) de Toulouse et celle de l’accident plus récent à Rouen (Lubrizol) étaient classées SEVESO 2, comme celle d’Aigues-Vives.

Depuis qu’il est maire (2001) M. REY et son clan passent soigneusement sous silence les risques que cette usine de produits chimiques très dangereux pour la santé fait peser sur la population. Aucun exercice avec la population n’a jamais été organisé (voir le simulacre d’exercice), les enfants des écoles d’Aigues-Vives ne sont pas entraînés à réagir en cas d’accident chimique et la sirène d’alerte de l’usine est inaudible dans de nombreux endroits du village et en 20 ans nous n’avons reçu que 2 brochures d’information très discrètes.

Lorsque le journal du village avait publié un article sur le manque d’envergure de l’exercice d’alerte du risque chimique à Aigues-Vives, la responsable de la communication de M. REY à l’époque, avait demandé au journal de retirer certains passages qui pouvaient inquiéter les habitants.

Pourquoi cette omerta du maire au sujet de l’usine « Syngenta »  d’Aigues-Vives ? Craindrait-t’il que ses amis promoteurs aient plus de mal à vendre leurs terrains si leurs clients savaient qu’ils ont une usine classée  Seveso 2 à leur porte ? Mystère. En tout cas, pour un maire qui se prétend soucieux de la sécurité de la population, il n’agit pas pour protéger les habitants contre le risque chimique auquel ils sont exposés.

 Corrigé de la rubrique « Pour notre patrimoine »:

Mensonge 8:  « ouvrir au public la maison natale du Président de la République Gaston Doumergue »

FAUX et SCANDALEUX. La Maison Gaston Doumergue était ouverte au public. C’est M. REY et ses colistiers qui l’ont faite fermer !

Au passage il a même chassé l’association de bénévoles « Amis de Gaston Doumergue » qui s’occupait de la faire visiter gratuitement. En 2013, M. REY a aussi confisqué le timbre national Gaston Doumergue qu’une autre association, « CODA 2013″ avait réussi à faire faire par la poste pour commémorer la naissance de l’ancien Président à Aigues-Vives (voir les article de presse sur le timbre Gaston Doumergue). Jaloux que les membres du bureau du CODA 2013 (dont faisait parti le Président du DCAV) aient été invité au parlement, Jacky REY avait exclu l’association de la présentation du timbre qu’elle avait pourtant obtenue sans l’aide de personne. Il faut dire qu’avant que le CODA 2013 ne révèle au maire l’intérêt historique de la maison Doumergue en faisant adhérer divers hommes politique nationaux à l’association CODA 2013, il ne s’en occupait guère. Lorsqu’M. REY a compris que cette notoriété lui permettrait d’obtenir des subvenbtions qu’il pourrait redistribuer pour enrichir des entrepreneurs privés, il a fermé la maison et l’a transformée en chasse gardée…

Mettre l’ouverture de la Maison Gaston Doumergue à son programme, alors que c’est lui qui l’a fermée, relève franchement du foutage de g*ule…

Corrigé de la rubrique « Pour le bien vivre ensemble »:

Cachotterie n° 2 :  Pourquoi le maire ne parle t’il pas de ses agressions, calomnies et des insultes de ses colistiers envers des journalistes, lanceurs d’alerte et élu d’opposition ?

M. REY et ses colistiers font tout pour favoriser leur clan et détruire le bien vivre ensemble depuis qu’ils ont pris le pouvoir.

On citera par exemple les injures de M. Bernard HUMBERT, adjoint à l’urbanisme, à l’encontre de M. José MARTIN, élu d’opposition, parce-que celui-ci protégeait les intérêts des Aiguesvivois dans l’affaire du DAB (voir la vidéo). Ou encore, l’agression physique de ce même Bernard HUMBERT, en présence du maire et des policiers municipaux, contre un colistier de la liste adverse qui venait chercher pacifiquement des documents gênants à l’accueil de la mairie (agression filmée à paraître), ou les agressions à répétition du maire contre les journalistes du seul journal libre d’Aigues-Vives, ou les calomnies contre le président de l’association de défense des contribuables (DCAV).

Plus « soft », mais néanmoins nocive pour le bien vivre ensemble, on rappellera aussi que, après l’avoir rendue peu qualitative, c’est le maire sortant et son équipe qui ont divisé la durée fête votive par deux.

Et enfin, on rappellera qu’à force d’injustice, de combines et d’une politique de deux poids, deux mesures en faveur de leurs amis, le maire et ses colistier(e)s sortants ont dressé de plus en plus d’habitants d’Aigues-Vives les uns contre les autres.

M. REY et ses colistiers sortants sont les plus mal placés pour promouvoir le bien vivre ensemble.

Pour preuve, on citera la dernière phrase publique du conseiller sortant, M. Bernard HUMBERT, adjoint à l’urbanisme de M. REY depuis 2001, lors du dernier conseil municipal de M. REY: « si certains ne sont pas contents des élus,… qu’ils partent ! » M. REY et tous les élus sortants qui se présentent à nouveau ont applaudi M. Humbert à tout rompre !

Et vous voudriez croire que ces individus qui veulent chasser du village toute personne qui n’est pas de leur clan sont capables de promouvoir le bien vivre ensemble ?

Corrigé de la rubrique « Avec l’intercommunalité »:

Mensonge 10 :  « améliorer la diffusion d’information de la Comunauté de Communes Rhony Vistre Vidourle (CCRVV) aux administrés »

FAUX et CHOQUANT. M. REY et son clan étouffent l’information depuis qu’ils sont au pouvoir. Que ce soit celle qui concerne la CCRVV ou encore plus celle qui concerne ce qui se passe à Aigues-Vives.

Non seulement ils n’ont jamais rien fait pour que la -vraie- information circule à Aigues-Vives, mais M. REY détient le record d’agressions contre des journalistes et des lanceurs d’alerte depuis le début de ce millénaire.

Il a aussi fait voter un règlement intérieur du Conseil Municipal, qui réduit la possibilité pour les élus d’opposition à 2 questions préalables par Conseil. Il réduit aussi  la possibilité de communiquer pour les élus d’opposition à quelques lignes dans le journal municipal mensuel. Le maire empêche aussi la publication de droits de réponse de notre association ou des victimes de ses mensonges.

Ses colistiers sortants ont soutenu ces agressions. Ils sont hostiles à la liberté d’expression de toute personne qui pourrait révéler la vérité sur leur gestion.

Heureusement les juges ont pu protéger le seul journal libre du village en déboutant le maire de sa tentative pour le confisquer et le faire taire (voir l’article sur les vraies raisons de la tentative du maire sortant de confisquer le journal aiguesvives.fr).

On rappelera aussi que depuis 2001, M. REY est le directeur de la publication de tous les journaux municipaux (puis du site internet de la commune, qui est un plagiat du site d’information original que le maire voulait confisquer)

Il est aussi 1er Vice-président de la CCRVV depuis sa création.

Donc si M. REY trouve que la communication de la CCRVV n’est pas suffisante, il en est le premier responsable. Il ferait bien aussi de commencer par lever l’omerta sur sa gestion et de restaurer la liberté d’expression à Aigues-Vives. Notamment en laissant les journalistes vraiment libres faire leur travail tranquillement.

 

Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'une étoile *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>