Lundi , 3 août 2020
Dernières nouvelles
Accueil > Economique & Financier > Elections municipales 2020: le vrai bilan financier de la municipalité sortante (1)
Elections municipales 2020: le vrai bilan financier de la municipalité sortante (1)
Le corrigé de la liste du maire sortant "Avec Vous pour l'Avenir" - Elections municipales 2020

Elections municipales 2020: le vrai bilan financier de la municipalité sortante (1)

Mensonges, cachotteries et propagande. Comment le maire sortant cache sa mauvaise gestion dans un tract mensonger.

Voici le corrigé du tract de la liste « Avec vous pour l’avenir »

Avec culot, le maire ose présenter son bilan comme si lui et ses colistiers avaient œuvrés « pour le bien vivre ensemble », « pour le village », « à [notre] écoute » et menés « une gestion bien maîtrisée ».

Rien n’est plus FAUX.

Le bilan 2014-2020 de la municipalité sortante, comme ceux d’avant, est surtout caractérisé par un mépris des lois, une absence de moralité et un gâchis d’argent public dépensé au profit d’intérêts privés de leur clan. Le tout  au détriment de l’intérêt général et souvent pour enrichir des amis promoteurs et des banquiers.

Corrigeons maintenant le tract distribué par la liste REY du cru 2020 pour leur réunion publique du 5 Mars 2020 :

Corrigé du bilan financier :

Mensonge 1 : « Fort d’un bilan positif »:  

FAUX !

- les finances des contribuables ont beaucoup souffert de la mauvaise gestion du maire sortant.

En revanche, le bilan est en effet très positif, pour l’augmentation de la rémunération de M. REY, pour celle de ses adjoints et pour l’enrichissement de ses amis promoteurs, banquiers,  des associations de ses colistiers ou de ses amis qui se votent des subventions à eux-mêmes et d’une  nouvelle colistière qui s’enrichit en faisant prendre l’eau à une partie du village…. (affaire à paraître).

Mensonge 2 :  « Le taux des taxes locales inchangé depuis 2009″:  

FAUX !

- Depuis 2001, date d’installation de M REY  à la mairie, la taxe d’habitation a augmenté de +29,42% et les  taxes foncières de + 47,93%

La taxe foncière augmente en réalité tous les ans. Regardez bien vos feuilles d’impôts (taxe foncière), vous constaterez que tous les ans vous payez plus que l’année d’avant. Certes il s’agit aussi de l’assiette (la base du calcul) qui a augmenté. Mais une partie de cet argent va dans les caisses de la Commune. Donc au final, c’est bien une taxe locale qui augmente.

- M. Rey a tout dernièrement  supprimé l’abattement de 10% sur la taxe d’habitation, donc cette taxe locale a augmenté.

- La Taxe d’enlèvement des ordures ménagères (TEOM) a augmenté de + 91%. Elle était de de 9,74% en 2003 (voir site aiguesvives.fr) elle est aujourd’hui de 14,75 %, après avoir atteint un pic de 18%  en 2009 et être restée scotchée à 17,75% durant plusieurs années.

Jacky REY pourrait certes dire que la TEOM est votée par la CCRVV. Mais on lui répondra que la CCRVV, c’est lui et ses colistiers qui y siègent depuis sa création.

Il en même le 1er Vice-Président. Donc ils ont voté cette augmentation de taxe, de trés loin la plus chère des communautés voisines. A savoir que le taux  de la communauté de l’Etang de l’Or ( Grande-Motte -Lunel, etc) est en 2018 de10 %, pour Terres de Camargue ( Grau du Roi-Aigues-Mortes etc)  le taux est  9%

De plus M. REY et ses colistiers font partie des principaux responsables du déficit de la CCRVV au point de la faire frôler la mise sous tutelle. Ceci, notamment, parce-que M. REY avait siphonné exagérément les finances de la CCRVV pour renflouer les caisses de la Commune d’Aigues-Vives en 2008 (voir le rapport de la Chambre Régionale des Comptes, en vendant 800 000 € à la communauté  notre Crèche et notre Centre de loisirs plus du double de la valeur  400 000 €. Cette augmentation de la TEOM que nous payons aujourd’hui encore est la conséquence de la mauvaise gestion de M. REY à Aigues-Vives et  à la CCRVV.

Mensonge 3 :  « Baisse de l’endettement de 31% ».

FAUX. En réalité la dette d’Aigues-Vives a AUGMENTE.

Elle est encore de +32% par rapport à ce quelle était avant que M. REY ne soit maire.

En 2011, le maire sortant nous a même endetté à un taux record de + 93% de 4.021.780 euros de dette à rembourser au lieu de 2.079.830 euros).

Tous ces millions il a fallu les rembourser. Et ce n’est pas fini.

Donc lorsque les élus sortants prétendent avoir baissé l’endettement, c’est doublement une tromperie.

Il est intéressant de noter que selon ce qui l’arrange, Jacky REY se souvient qu’il était maire avant 2014 ou fait comme si c’était un autre. En l’espèce le vrai bilan de M. REY et de ses colistiers sortants doit se regarder de 2001 à aujourd’hui. Regardez les chiffres officiels, du Ministère ci dessous :

Endettement d'Aigues-Vives de 2001 à 2018 - chiffres officiels.

Endettement d’Aigues-Vives de 2001 à 2018 – chiffres officiels.
L’endettement au 31/12/2018 est de + 32%. Le maire sortant a menti sur son bilan.

 

Emprunts inutiles ?

De plus, il faut préciser que beaucoup de ces emprunts n’étaient pas nécessaires puisque Aigues-Vives est un village riche de plusieurs grosses entreprises qui payent beaucoup de taxe professionnelle. Pour preuve Jacky REY se vante lui même dans son tract d’avoir fait « 6.000.000 d’euros d’investissements sans emprunt ». Le chiffre est invérifiable puisque le bilan officiel d’Aigues-Vives n’est pas encore paru. Mais si on suppose que pour une fois le maire sortant n’a pas menti, si la commune avait de quoi dépenser 6.000.000 d’euros (au profit de qui ?) sans emprunter, pourquoi le maire sortant nous a t’il endetté de plus de 4 000 000 d’euros ? Pour enrichir les banques comme il l’a fait dans le scandale du DAB grâce à une délibération falsifiée (voir la vidéo) ?

Quelqu’un connaît le bilan économique de M. REY ?

Côté bilan économique, ne pensez pas non plus que ces entreprises sont là grâce à l’action du maire ou de la CCRVV.  Elles étaient déjà là (exemple Syngenta) ou sont venues parce-que la sortie d’autoroute est proche et que la CCRVV vend ses terrains à bas prix. On attend toujours de savoir ce que M. REY, fait pour aider les entreprises d’Aigues-Vives à se développer.

Augmentation du nombre d’employés municipaux alors qu’il y a moins de travail. Pourquoi ?

Et enfin, il y a aussi les centaines de milliers d’euros utilisés pour payer toujours plus d’employés municipaux, alors que la charge de travail de la mairie a baissé grâce aux transferts de la plupart de ses compétences à la CCRVV ou encore le renoncement à certains services publics (ex. les cartes grises). On notera que de nombreux employés municipaux sont des enfants ou membres de la famille de colistiers de M. REY. A titre d’exemple on citera, l’actuelle Directrice Générale des Services, Mme M. Avant cette carrière éclair, elle avait été embauchée à la mairie comme premier emploi au rang de « Directrice Générale des Services adjointe », grâce à un poste voté par… son papa, qui venait de rallier Jacky REY après s’être présenté contre lui en 2001…

Explications – Pourquoi le bilan financier du maire sortant est il si mauvais ? 

M. REY et ses colistiers sont au pouvoir depuis 2001, pas depuis 2014. L’endettement du village sous la gestion de M. REY doit donc se comparer avec l’évolution de la situation entre 2001 et 2018, date du dernier bilan officiel. Il faut aussi tenir compte de tous les intérêts que M. REY a fait payer à la population entre 2001 et 2018 pour rembourser les emprunts qu’il a souscrit.

En 2001, quand M. REY devient maire la première fois, il hérite d’un village faiblement endetté. L’encours de la dette est à l’époque de 2.079.830 euros. Et l’endettement par habitant est dans la norme des autres villages de France.

Mais la mauvaise gestion de M. REY et de son clan va faire plonger les comptes. La municipalité REY a même atteint un record d’endettement en 2011 de  4.080.721 euros (soit 1321 euros à rembourser par personne, au lieu de 884 euros avant que M. REY ne prenne le pouvoir). Dette qui baisse mathématiquement puisque la population s’est accrue de plus de 400 personnes ces dernières années.

Au 1er Janvier 2019, l’encours de la dette est de 2.744.270 euros. Donc 664.440 euros de plus à rembourser qu’en 2001. Soit une augmentation de la dette de + 32%.

Comme lors des élections de 2014 (voir le dossier du journal aiguesvives.fr sur le scandale de la dette), le maire a donc menti sur son bilan.

Il fait comme si le bilan de la municipalité REY d’avant n’était pas le sien.

En 2008, l’astuce du maire avait consisté à rembourser un maximum juste avant les élections pour ensuite pouvoir dire qu’il avait fait baisser la dette. En 2020, c’est impossible de savoir si c’est ce qu’il a encore fait puisque le bilan 2019 officiel n’est pas encore publié (les chiffres avancés par M. REY dans son tract ne doivent donc pas être pris en compte car invérifiables).

Toutefois, tout indique que le maire sortant nous sert encore ses vieilles combines qui ont bien fonctionné dans le passé pour abuser les naïfs.

Rappelons aussi que, comme l’a constaté la Chambre Régionale des comptes en 2012, M. REY fait partie des élus qui ont fait plonger les comptes de la CCRVV en la ponctionnant de façon excessive pour renflouer les caisses

En réalité la gestion financière de M. REY peut se résumer ainsi : Il dépense votre argent pour son intérêt personnel et pour enrichir des entrepreneurs privés qui sont souvent ses amis. Puis il masque le tout grâce à sa presse-croupion qui étouffe l’information et ses colistiers qui écument les bars ou les associations pour vanter les mérites de leur chef.

En conclusion : Non seulement la dette n’a pas baissé par rapport à 2001, mais en plus les contribuables ont payé les millions de remboursement des emprunts que M. REY a souscrit. A ce jour, aucun n’est remboursé : le premier, le plus court, pris sur 20 ans en 2009, sera donc soldé en…2029. Sur  les 6 autres contractés sur 30 ans, 2 seront réglés en… 2031, 2 en… 2035 et 2 en… 2042.

Quant aux lanceurs d’alerte qui ont le courage de révéler la vérité, il les agresse pour les intimider et les faire taire. Ses colistiers couvrent tout cela. Au besoin ils participent aux agressions.

Le tout pour réaliser des projets qui sont parfois d’une utilité contestable voire franchement nuisibles (exemple la ZAC de la Volte).

On citera par exemple l’argent que le maire a fait dépenser aux contribuables dans le scandale du DAB, signé avec une fausse délibération (voir la vidéo) et payé deux fois alors qu’il aurait pu faire jouer l’assurance de la banque.

Citons aussi les sommes faramineuses que M. REY a fait dépenser à la commune à cause de son mépris des lois (exemple: le scandale de la parcelle AC111 et les condamnations qui ont suivi, les procès perdus dans sa guerre de l’eau avec Aubais, les frais de procès perdus pour essayer de faire taire le journal aiguesvives.fr, sa condamnation personnelle qu’il a fait payer par vous, etc.).

Pour plus de détails, Voir les vrais chiffres du Ministère de l’Economie: 

http://www.journaldunet.com/business/budget-ville/aigues-vives/ville-30004

Voir aussi dans la presse:

Evolution de la fiscalité à Aigues-Vives de 2003 a 2008

le dossier du journal aiguesvives.fr sur le scandale de la dette

2 commentaires

  1. Vos articles sont d’un grand intérêt. Toutefois, comment expliquez-vous que la CCRVV ait pu se laisser embarquer dans des achats somme toute frauduleux (Crêche, Centre de loisirs et autres) qui allaient la mettre en difficulté, sans que le Président ou la majorité des membres se soit opposée à ces tractations ?

    • Bonjour,

      Merci de votre intérêt et de votre appréciation.

      Notre hypothèse est tout simplement que, à l’époque, outre la municipalité dirigée par M. REY, plusieurs autres maires ont abusé de l’argent de la CCRVV pour favoriser les comptes de leur commune. Ainsi liés par les mêmes arrangements inavouables, aucun de ces maires n’avait intérêt à dénoncer les agissements de son collègue à la CCRVV.

Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'une étoile *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>