Mardi , 24 novembre 2020
Dernières nouvelles
Accueil > Non classé > Elections 2014 à la Communauté des Communes Rhôny-Vistre-Vidourle: la démocratie malade…

Elections 2014 à la Communauté des Communes Rhôny-Vistre-Vidourle: la démocratie malade…

En tant que président de l’association de Défense des Contribuables Aigues-Vivois (DCAV), j’ai suivi le 24 Mars, les élections de l’exécutif à la Communauté des Communes Rhôny-Vistre-Vidourle (CCRVV).

Je croyais naïvement que le pouvoir appartenait aux citoyens qui le délèguent à des représentants avec lesquels ils passent un contrat de confiance. J ai pu constater ce soir là, à quel point la démocratie à laquelle se référent les maires était bafouée.

J’ai été très déçu, pour ne pas dire indigné, par la tournure de cette élection.

A l’ouverture des débats précédant le vote pour le choix du président de la CCRVV, le public présent a pu constater que la candidature-surprise de M. Balana, Maire de Vergèze, qui se présentait contre le président sortant, M. Estève, a fait prendre la mouche à ce dernier.

Comme beaucoup de monde dans le public, même si elle était justifiée, cette réaction m’a donnée la nette impression que la distribution des postes avait été convenue d’avance entre les maires et que cette candidature n’avait pas été prévue dans leur scénario.

M. Estève a, en effet, sèchement, lancé à M. Balana que pour se présenter comme président de la CCRVV il fallait être « crédible ». Un rappel clair aux responsabilités de M. Balana qui était vice-président de la commission des finances à la CCRVV entre 2001 et 2008, quand les élus ont fait plonger les comptes de celle-ci dans le rouge.

La suite, par contre, a été d’une banalité absolue : Les maires se sont partagés tous les postes de Vice-présidents (et bien sur, les indemnités de fonction qui vont avec).

Aucun autre élu (majorité ou opposition) ne s’est présenté contre eux.

Personne ne s’est posé la question non plus de savoir si parmi les élus communautaires il y avait des personnes dont la compétence professionnelle pouvait être de quelque utilité pour la CCRVV.

Or, c’est -notamment- par manque de compétence que cette communauté a été « épinglée » dernièrement par la cour régionale des comptes qui a relevé son « incapacité à piloter ces projets », ou encore le « renoncement à créer son SCOT » ce qui, avec la loi ALURE récemment publiée est devenu maintenant compromis.

Sans parler de la dilapidation des deniers publics, par exemple, en frais de restaurants pharaoniques, augmentation de salaires des élus responsables du déficit et arrangements divers. (Voir rapport cour des comptes N° 126/1229).

Rappelez-vous : sans aucune retenue, les maires de nos communes qui siégeaient à la CCRVV depuis 2001 ont vendu des biens immobiliers en piteux état ; Certains les ont fait remettre aux normes aux frais de la communauté et en ont tiré gloire auprès de leurs administrés pour assurer leur réélection. Incapable de “jouer collectif”, chacun tirant la couverture (financière et médiatique) à soi, le tout payé par les contribuables bien sûr.

Car que ce soit pour renflouer les caisses de la CCRVV ou celle des communes, c’est toujours le même contribuable qui paye.

Bel exemple d’incompétence encore (à moins qu’il ne s’agisse d’autre chose ?) : le Ier Vice-président de la CCRVV, M. Jacky REY, soi disant chargé de « l’économie », a contribué à faire perdre 165.000 € à la communauté sur un achat de terrain situé à Aigues-Vives, au profit d’un promoteur immobilier souvent en affaire avec sa mairie…

Malgré tout cela, en 2014, la plupart des responsables du déficit de la CCRVV entre 2001 et 2008 ont été réélus. Aucun n’a fait acte de quelconque repentance et encore moins de remise en question malgré un fiasco financier reconnu de tous qui a bien failli conduire à la mise sous tutelle de la communauté des communes par la Préfecture.

Je me prenais à espérer que les responsables de ce fiasco, dont le maire d’Aigues-Vives fait partie, auraient eu cette foi l’honnêteté de se tenir loin des postes importants et que nous aurions eu comme vice-présidents une majorité d’élus intègres, dévoués au seul intérêt de leurs administrés.

Au lieu de cela, j’ai assisté au spectacle d’une représentation publique qui avait visiblement été répétée (à un « couac » près) hors de la vue du public… Même les applaudissements des supporters (et des naïfs) faisaient vrai.

La démocratie locale n’en sort pas grandie.

Les différentes campagnes électorales ne nous avaient t’elles pas promis qu’enfin l’opposition allait entrer dans les communautés ! Où était-elle cette opposition ? Étrange silence ! Pas un mot ! Pas une voix ne s’est fait entendre ! Circulez, il n’y a rien à voir !

Et dire qu’en début de réunion certains déclaraient encore que « l’alternance leur paraissait souhaitable », Pour quand ? En 2020 ?

Une bonne nouvelle, malgré tout: Le Président de la CCRVV, M. Estève, vient d’annoncer que pour 2014, les taxes ne devraient pas augmenter. « Cependant, il pourra être revu durant l’exercice puisque les recettes doivent couvrir les dépenses et que la TVA qui passe de 7 à 10% représente 100.000 € environ ». (Midi-Libre du 30/04/2014)

Une manière de nous prévenir que, comme lors des élections de 2008, les taxes vont peut être à nouveau augmenter maintenant que ces messieurs-dames sont élus pour 6 ans ?

Le même Président, dont le bilan comptable pour redresser la CCRVV « plombée » par ses vice-présidents est à saluer, a aussi déclaré qu’il se battrait pour défendre ses administrés.

Néanmoins la composition de son collège de Vice-Présidents me laisse sceptique sur la réalité de ce bel engagement que nous attendons des élus depuis 2001…

R.Soulier.

DCAV.

Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'une étoile *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>