Dimanche , 23 février 2020
Dernières nouvelles
Accueil > Non classé > Aigues-Vives – Gard : Quels sont les lauréats des Bobards d’or 2019 ?

Aigues-Vives – Gard : Quels sont les lauréats des Bobards d’or 2019 ?

IMG_20191115_0004

Depuis maintenant quelques années sur Aigues-Vives, le DCAV reprend sur le local,  les Bobards d’Or, crées  au niveau national par la Fondation Polémia qui récompensent, distinguent, épinglent le maire et ses conseillers les plus manipulateurs, les plus menteurs, les plus propagandistes.

Comme l’écrit fort justement Gabrielle Cluzel, membre régulière des Bobards d’Or nationaux : « Cette cérémonie empêche de devenir fou en rompant la solitude de ceux qui assistent depuis leurs domiciles, au martelage souriant d’une mystification. Le roi est nu, il est même à poil ».

Pour 2019, le trophée du Bobard d’Or 2019 est attribué à l’unanimité à Jacky REY, maire d’Aigues-Vives pour le chapelet de mensonges aussi « hénaurmes »  les uns que les autres tenus dans le film du Distributeur de Billets. Nous ne connaissions pas d’ancêtres de notre maire du côté de la Canebière. A voir et revoir avec délectation le film  sur  le site DCAV. http://www.aigues-vives-dcav.fr/dab-aigues-vives-fausse-deliberation/ 

L’ensemble du conseil municipal se voit attribuer  un Bobard d’Argent  pour  l’aveuglement dont tous  les élus sauf deux ont fait preuve dans l’affaire totalement infondée  d’une soit disant  agression verbale sur une secrétaire, qui a finalement fait pschitt.

Mr Guy FABARON obtient lui le Bobard de Bronze pour ses déclarations qui  annoncent  40000  € au lieu du  seuil  de 40000  retraits pour ne pas payer de frais/an,  confondant  manifestement  le nombre de retraits /an et les 3000 €/an de frais. En 2018, 43473 retraits ne suffisent pas, et la banque facture encore et toujours  des frais de gestion.

Le Prix de la Muselière d’Or est décerné à tous les membres du Comité de Rédaction du Journal d’Aigues-Vives.  En effet force est de constater que tous les communiqués, droits de réponse  du DCAV  sont interdits de publication dans le Journal d’Aigues-Vives. DCAV, malgré une  bonne dizaine de demande n’apparaît toujours pas dans le tableau des associations sur le site communal, bien que deux, créées tout récemment  viennent d’être rajoutées.

Le Comité de Rédaction de cette revue totalement  partisane se compose :

Jacky REY, à tout seigneur, tout honneur, est  le Directeur de la publication du Journal d’Aigues-Vives.

Jeremy SERRANO Président de l’ U T est, d’après une personne de ce comité un des plus virulents, si ce n’est le plus virulent contre  la publication des communiqués du DCAV.

Magali PRADEILLE, secrétaire jusqu’ en 2014 et Dominique CABOT membre du Conseil d’Administration  font partis de cette même association, particulièrement choyée par LEUR journal. Ces trois élus, qui ne sont pas totalement débiles, préfèrent être pour le moins très discrets au point de ne pas  publier  certaines décisions un peu dérangeantes pour eux.

En particulier, ils oublient de remercier  publiquement dans LEUR Journal un trés généreux donateur  qui se serait fendu, en 2017,  de 3000 € de don à l’occasion du 50éme anniversaire de leur association. A noter, que  malgré son extrême générosité, ce mécène  contrairement à d’autres villages n’est jamais invité sur Aigues-Vives par les membres de cette association, et encore moins par la Municipalité.

Suite à nos remarques, ils n’annoncent plus dans LEUR journal les voyages au Perthus. Ne sont-ils pas sensés de par leurs fonctions d’élus de  défendre le commerce local ? Lors du prochain  voyage en car, pourquoi ne pas ramener d’Espagne  six adjoints Espagnols qui prendraient leurs places au conseil et seraient payés, pour le plus grand bonheur des contribuables Aigues-Vivois, beaucoup moins chers en tant que travailleurs détachés ?

Pascal MAILLARD lui est président de l’ULAC, Chantal GROSSI est, elle trésorière de l’association de son frère et  Christian TRON.

Bien sûr, à travers leurs propres associations tout ce beau monde élu  se réserve des pages entières toutes leurs gloires. Puissance et gloire, que ne feraient ils pas pour  l’amour d’Aigues-Vives ! Ce journal est une feuille d’enfumage complet à laquelle se livre depuis des années la municipalité et qui n’est en définitive que l’expression d’un véritable copinage aux frais des contribuables.

Si on leur demandait si  « est-ce que l’on a le droit de penser ce qu’on veut ? », ils répondraient  en cœur : bien sur  que non !

En 2015, les membres directeurs-élus du  Comité d’Animation racontaient à qui voulait l’entendre, qu’ils étaient totalement libres,  indépendants et  que l’on ne pouvait établir aucun lien  entre eux, le Comité et la municipalité !  Contrairement  à certains villages des alentours, le siège du Comité d’Animation  est bien situé en mairie. Cela méritait bien  en 2019 un  Bisounours d’Or.

En 2019,  cas d’école unique en France, le conseil municipal  attribue 150 € de subvention à l’association AVEC (Aigues-Vives Ensemble et Citoyens) dont le président n’est autre que le n° 3 sur laquelle s’appuyait  la liste « A gauche, Ensemble et Citoyen(nes)s » lors des élections municipales de 2014  et dont la tête de liste, élu, est censé  être un opposant au maire et à ses acolytes.

Cette courageuse décision consistant à  subventionner ses adversaires mais néanmoins amis  politiques mérite le prix de la « Kamaraderie d’Or »  aux 2 commissions de la culture et  du sport qui  déterminent l’arrosage municipal  ainsi qu’au Conseil qui les vote sans aucune discussion.

Déjà en 2017, MIMI, s’était vu remettre ce trophée suite à ses mensonges éhontés sur le prix total des 2 soirées des  Automnales  qu’elle chiffrait entre 450 € et 500 €  par soirée (en réalité, le double, soit  2388 €)  Dans le même registre de mensonges  elle chiffrait le  nombre d’entrées gratuites  sur 2 jours à une trentaine et soixante et dix entrées payantes.

La réalité était tout autre, « 79 pauvres couillons ennemis » de la municipalité (?) avaient acquittés le droit d’entrée de 6 € et 350 bristols d’entrées gratuites étaient offerts aux amis de mes amis. Pourquoi se gêner, mais surtout, quel était le but réel de tels mensonges ?

A  noter que grâce à cette distinction et notre campagne d’information, depuis 2018, les entrées des Automnales sont  maintenant totalement libres et donc gratuites. Fini la copinerie !

En conclusion, heureusement que le mensonge n’ai pas un délit réprimé par le Code pénal, car les réunions du Conseil municipal d’Aigues-Vives devraient se dérouler à la prison de Nîmes.

 

Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'une étoile *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>