Lundi , 28 novembre 2022
Dernières nouvelles
Accueil > Non classé > Mort d’Armand Russo: victime de la guerre de l’eau déclenchée par le maire d’Aigues-Vives ?

Mort d’Armand Russo: victime de la guerre de l’eau déclenchée par le maire d’Aigues-Vives ?

Lundi 24 janvier 2022. Notre ami Armand Russo, 69 ans, a été découvert mort à son domicile.

Tout indique que son décès est directement la conséquence de la « guerre de l’eau » indigne lancée par le maire d’Aigues-Vives, M. Jacky REY et son conseil municipal pour d’obscurs motifs politiciens.

En effet, c’est bien à cause des manœuvres indignes du maire du maire d’Aigues-Vives et de son groupe d’élu(e)s au conseil municipal qu’Armand RUSSO a été acculé à la misère qui l’a fait dépérir de jour en jour.

Le maire d’Aigues-Vives et ses colistiers: TOUS RESPONSABLES ET COUPABLES !

Voici l’histoire de la machination que le maire d’Aigues-Vives et sa junte au pouvoir depuis 2001 se gardent bien de vous raconter:

Armand Russo possédait un terrain bien constructible situé sur Aubais Chemin de Toutazord tout en limite d’Aigues-Vives. Ce terrain est longé sur sa longueur par la canalisation d’eau d’Aigues-Vives. Son projet était de diviser ce terrain en 3 parts, en vendre 2 et faire construire une maison sur le 3ème et enfin agrémenter avec l’argent restant sa petite retraite.

Mais !!! C’était sans compter sur la méchanceté, l’acharnement du maire J REY et de ses élu(e)s majoritaires aux ordres.

En Mars 2014, grâce à un clientélisme actif (payé avec votre argent) et à une soigneuse campagne de désinformation orchestrée par la presse politique locale, Jacky REY et ses « sbires » sont réélus.

Le 24 mars 2014,  lors des élections aux postes de vice-présidents à la communauté des communes, il est un des plus mal élus.  Sur 34 votants, il ne récolte péniblement  que 24 voix, 10 contres ou abstentions.  Les voix  pour les autres maires s’échelonnent elles  de 26 à 31.  Malgré ce très mauvais score, M. Jean Baptiste Estève, le président de la CCRVV (Communauté des Communes Rhôny-Vistre-Vidourle), contre toute logique, propose  et fait élire J. REY comme 1er Vice-président.

Le très arrogant et vindicatif Jacky REY, furieux, soupçonne les élus d’Aubais de ne pas avoir appuyé sa candidature et de lui avoir nui politiquement. Il décide donc de venger ce « crime de lèse majesté » en visant la mairesse d’Aubais, Mme Pilar Chaleyssin, qui devient ainsi la cible de ses persécutions.

Et la guerre de l’eau commence ! « J. REY ferme les robinets ». Révision de la convention de desserte d’eau par Aigues-Vives sur Aubais.

Dés le 16 juin 2014,  M. Jacky REY demande et fait voter par son conseil municipal, dont il contrôle la majorité, totalement  aux ordres,  une délibération  de réviser la convention signée le 3/01/2007. Cette convention, d’une durée de 30 ans, prévoit la  fourniture de l’eau potable par la commune  d’Aigues-Vives  à  la commune d’Aubais,  contre la somme de  33.632.80€, payée dès le début 2008 par Aubais.

Ce blocage de fourniture d’eau en provenance d’Aigues-Vives aux terrains limitrophes situés côté Aubais, à pour conséquence immédiate d’obliger la Commune d’Aubais de ne plus pouvoir délivrer de permis de construire aux terrains concernés, dont ceux d’Armand.

Au passage on remarque que cette manoeuvre brutale de coupure d’eau du maire d’Aigues-Vives, au mépris des accords conclus, permet de diminuer la valeur desdits terrains, qui deviennent donc potentiellement très intéressants à l’achat pour les promoteurs-prédateurs proches du maire d’Aigues-Vives…

Dans un premier temps, Armand Russo, pense que cette histoire peut s’arranger facilement.

En effet, un voisin situé tout contre a fait amener  l’eau, à ses frais, quelques années auparavant. La canalisation passe au milieu du chemin sur toute la longueur de la propriété d’Armand. Ce gentil voisin lui  donne l’autorisation  de se brancher sur sa propre canalisation.

En réalité, le parcours du combattant et les ennuis d’Armand ne font que commencer !

Hélas, Armand ne fait pas partie des promoteurs dans les petits papiers du maire !

Mais, c’était sans compter sur le jusque boutisme de Jacky REY  qui ne l’entend pas de cette oreille. Tel un monarque, il oppose son veto.

Jacky REY prend ainsi Armand en otage. Aubais ne peut délivrer de permis sans les branchements d’eau sur Aigues-Vives.

Devant ce fait du Prince, (ROI) Armand dépose une plainte au pénal pour des faits de faux et usage de faux en écriture publique.  De fait, la décision du Conseil municipal a été prise dans des conditions suspectes (décalage entre le compte-rendu signé par le secrétaire de séance Dominique Cabot, un membre de la liste du maire et l’extrait de la délibération signé par le maire et adressé au préfet).

Or il se trouve que M. Jacky REY, comme l’a constaté un tribunal correctionnel en 2016, est un habitué de la fabrication de fausses délibérations et faux documents d’urbanisme en tout genre.

De son côté, la commune d’Aubais réagit en portant plainte au Tribunal Administratif contre cette décision unilatérale brutale de M. Jacky REY et de ses colistiers.

Le comportement de M. REY, en plus de nuire à Armand Russo, déclenche donc  un contentieux entre les deux communes traditionnellement amies. Ce conflit va s’étendre sur plusieurs années, pendant lesquelles Armand Russo, qui ne peut récupérer l’argent de la vente de ses parcelles s’enfonce dans la pauvreté.

En voici les principales dates et évènements marquants: 

  • 14/08/2014 : Requête devant le Tribunal Administratif par Commune Aubais contre Commune d’Aigues-Vives, demandant l’annulation de la délibération d’Aigues-Vives.
  • 29/06/2016 : Jugement Tribunal Administratif Nîmes qui annule la délibération d’Aigues-Vives.
  • 29/11/2016 : En véritable tête de mule J. REY ne s’en tient pas là, il engage un appel contre cette décision.
  • 10/12/2018 : L’arrêt de la Cour d’Appel  Administrative de Marseille rejette la requête d’Aigues-Vives. Cette dernière (donc  les contribuables d’Aigues-Vives) est condamnée à payer 2.000€ à la commune d’Aubais. Somme a laquelle s’ajoutent quelques milliers d’euros de frais procédures.

Mais décidément le maire d’Aigues-Vives, entêté et particulièrement méchant, continue de plus belle.

  • 10/10/2019 : Comme si cela ne suffisait pas, tel Lucky Luke, J REY, dégaine plus vite que son ombre, et  tire  une nouvelle balle :  Il fait voter par son conseil municipal soumis,  toujours aux ordres,  une délibération résiliant définitivement (elle avait seulement été suspendue en juin 2014) la fourniture d’eau potable conclue avec Aubais.

Tous les élus majoritaires, plus deux élus de l’opposition votent sans sourcilier cette délibération.

Seuls deux élus votent contre: Mme Nathalie Peretti et M. Michel-André Davin.

De son côté, l’association de défense des contribuables d’Aigues-Vives DCAV  alerte la préfecture, où est arrivée entretemps un Sous-préfet enfin décidé à forcer le maire d’Aigues-Vives à respecter la Loi.

  • 25/11/2019 : La Préfecture du Gard, par l’intermédiaire de François Lalanne, sous-préfet, Secrétaire général, ordonne à Jacky REY de procéder illico-presto au retrait de la dite délibération.
  • 09/12/2019 : J REY s’exécute et le conseil retire enfin cette délibération.

Mais le mal est fait.

- Pendant ces années de conflits stériles et illégaux menés sur ordre de M. Jacky REY, Armand RUSSO a plongé dans la pauvreté la plus noire.
- La mairesse d’Aubais, Mme Chaleyssin a perdu les élections et les règles d’urbanisme ont changé entraînant de nouvelles difficultés pour rendre à nouveau constructibles les terrains d’Armand Russo.

Quel jeu jouent donc Magali PRADEILLE, Bernard HUMBERT, Myriam ANGEVIN, Guy BLANC, Mireille AUDIBERT, Guy FABARON, Chantal GROSSI, Pascal MAILLARD, Josiane CARBONARO, Dominique CABOT, Jeanine JORDANA, Louis BLANC, Evelyne CHURCHMAN, Jeremy SERRANO , Danièle LABATUT, Christian TRONC, Alexandra LOUP-BRUGUIER, Jack POTAVIN, Jean Pierre BORRAS et Françoise RAVIER au point  d‘avoir voté la suspension définitive de l’eau en octobre 2019.  Aveugles, au point de ne pas s’apercevoir que, depuis plus de 8 ans, par leurs votes, ils acculaient Armand à la misère, lui rendant son présent et son avenir de plus en plus sombre.

Mais Jacky REY,  ne se tient pas pout battu. Furieux, il rumine sa vengeance. Il lui faut écraser ce gueux, ce manant de Russo qui a osé lui faire un procès.

La vengeance de Jacky REY va arriver lors du Conseil municipal du 21 mai 2021, il  lui faut en finir !  Il lui  faut achever Russo ! Il lui porte un lâche coup de « descabello » *  en revenant sur une vieille histoire de 30  ans.

En 1990, Armand avait refait la toiture d’un Aigues-Vivois, qui l’avait payé  avec des terrains. Simone Mouyren, n’avait pas fait de préemption sur ces terrains qui ne valaient pratiquement rien. La vente n’avait jamais officialisée jusqu’au printemps 2021, où les deux parties décident de passer les terrains au nom d’Armand.

Lors du conseil du 21 mai 2021, J. REY, tel un prédateur, saute sur l’occasion pour demander à son Conseil de voter une délibération afin de préempter les parcelles et continue tel un charognard à enfoncer Armand.

Connaissant le comportement de prédateur de Jacky REY, lorsque la  demande de préemption arrive sur la table lors de ce  Conseil, l’opposant Jacques FREMYET s’informe et demande  précisément si la commune a eu un contentieux avec les parties. Pascal MAILLARD, élu  majoritaire depuis 2014, adjoint à l’urbanisme, papa de la DGS dont la CRC a relevé des disfonctionnements dans son embauche, ment et avec un aplomb hors du commun, répond : NON !  Cet élu ne peut absolument pas ignorer le contentieux qui oppose Armand au maire. En effet, dans le cadre de la plainte d’Armand, il a été entendu personnellement par les enquêteurs sur la délibération suspecte du 16 juin 2014 à la demande de Mme Godard, juge d’instruction à Nîmes.

Le Conseil municipal, toujours aussi servile, décide à l’unanimité des suffrages exprimés, moins deux abstentions d’acquérir par préemption les parcelles A 3, 6 et 82 au prix de 1 500 €, d’autoriser M. le Maire ou son représentant à signer out document se rapportant à la présente délibération, de dire que la vente sera réalisée par acte notarié.

Ainsi Jacky REY  et son conseil offrent aux Aigues-Vivois un peu plus de 8000 m² de terrains, dont ils n’ont que faire,  pour la somme de 1.500€ soit 0,12€ le m².

Par contre Jacky REY, toujours aussi prompt à s’enrichir en usant de ses prérogatives, lui, a vendu à la commune en mars 2019 trois parcelles qui lui appartenaient à titre personnel, de 4038 m² pour  3.028€  soit 0,75€ le m².

Vu  le manque de transparence du maire, et  l’énorme « messorgue **  » de Pascal MAILLARD, le nouveau lieutenant chargé de l’urbanisme par M. REY, il est a espérer que devant cette trahison, les nouveaux élu(e)s : Mmes Martine BAVENCOFF; Sophie BARBORRIN-VIARGUES;  Isabelle CHAUDIERES; Noémie LACAN; Marion GUESMIA et Mrs Philippe PERRET; Alain DAVID; Bruno GOELLNER et Florian DAUMAS  vont  se désolidariser de ce maire sulfureux le plus rapidement  possible.

Comment ce maire  Divers-gauche, ce conseil à majorité socialiste et son allié communiste peuvent-ils se prétendre « de gauche », « sociale » et solidaire » et ainsi pousser à la misère un habitant ?

Devant cet état de fait indigne et lamentable, lequel de ces élus aura l’honneur de présenter avec panache sa démission ?

Jusqu’à ce jour et depuis 2014, aucun conseiller  n’élève la moindre protestation sur les pratiques de notre maire, qui pour assouvir sa propre carrière politique à privé pendant des années un Aigues-Vivois de permis sur un terrain bel et bien constructible. Pour se donner une bonne conscience, ou  donner une bonne image d’eux,  tous ces élus sont impliqués jusqu’à la moelle  dans des œuvres humanitaires :  CCAS, Téléthon, vente de fougasses, d’oreillettes de brioches pour de bonnes œuvres, etc.

Electoralement, effectivement  cela paie beaucoup  plus que de permettre au pauvre Armand Russo de se raccorder sur le réseau Aigues-Vivois et de pouvoir se renflouer en vendant ses terrains.

Mais qu’a fait Russo à Jacky REY pour mériter un tel traitement ? Il le connait parfaitement, puisque gamins ils habitaient à 50 mètres l’un de l’autre.

Comment  ces élu(e)s peuvent-ils dormir profondément  devant un tel forfait ? Pourquoi laissent-ils les mains libres à J REY de prendre les décisions qu’il entend. Ce dernier dispose d’un conseil qui est en fait devenu une simple chambre d’enregistrement, au sein duquel, aucune voix ne s’élève pour dénoncer cet acharnement.

Ils sont stupides au point de couvrir cette « guerre » avec Aubais ? Stupides au point de ne pas faire raison garder à leur maire, et donc complices de cette situation odieuse.

C’est le résultat des pleins pouvoirs qu’ils lui ont accordé pour imposer ses seules volontés en contrepartie de postes d’adjoints défrayés ou de subventions accordées à leurs associations.

Soutenir les décisions du maire  est déjà en soi, idiot. Mais c’est scandaleux et abject, quand des élus les votent scrupuleusement. C’est beau comme un conte à dormir debout. Ces gentils élus, ne sont pas inquiétés outre-mesure de ce scandale. Par leur totale inaction, ils ont condamné  Armand Russo à devenir un mendiant.

La limite du détestable a été franchie. 

Ces élu(e)s sont des monstres. Ils sont infects, de part leur lâcheté ils ont acculé Armand à la misère ! S’il en était arrivé là, c’est à cause de personnes comme eux !

Pendant des années, ils ont, sans mot dire, laissé leur tête de liste s’acharner sur Armand. Des années de combats judiciaires qui l’ont usé, miné, anéanti, ruiné.

Certains d’entre eux sont allés à l’école avec Armand, l’ont côtoyé.

Devant eux, Armand coulait lentement, mais il coulait. Ils le voyaient trainer son mal être. Pas besoin d’être fin observateur pour s’apercevoir que la dépression, le chien noir comme disait Winston Churchill lui avait pris le dessus !

Que leur importe, ils ont leurs petits (et gros) avantages : indemnités d’adjoints, subventions votées à leurs propres associations, permis pour leurs amis, vente de terrains et non expropriation de terrains d’élu(e)s pour un lotissement au dessus des écoles, permis frauduleux accordé en zone non constructibles, quartier inondé pour satisfaire les petits arrangement du maire avec ses amis promoteurs, etc

Ni Jacky REY le maire, ni les élus majoritaires ne se sont déplacés lors des obsèques d’Armand au cimetière. Courageux, mais pas téméraires !

Quel dommage, en pleine cérémonie de recueillement, ils auraient été accueillis par une volée de bois vert et apostrophés publiquement !

 

* Decabello : Coup de grâce porté au taureau à l’aide d’une épée spéciale.

** Messorgue : Mensonge dans notre Midi.

 

 

 

 

 

Un commentaire

Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'une étoile *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>